Employee

Au milieu du chaos et de l’incertitude, une opportunité de leadership industriel pour le Canada

Jakob Stausholm, chef de la direction de Rio Tinto


DERNIÈRE MISE À JOUR : 14 OCTOBRE 2022

Cet article est d’abord paru dans le Globe and Mail.

De l’Assemblée générale des Nations Unies et de la Semaine du climat à New York, auxquelles j’ai participé récemment aux côtés d’autres leaders, je retiens deux choses : un sentiment d’urgence croissant et une prise de conscience à l’égard de notre monde qui change. La lutte contre le changement climatique, dans un contexte où la population mondiale approche des huit milliards d’habitants et où chaque personne s’attend à une qualité de vie décente, est devenue un véritable enjeu existentiel. Dans le même temps, la hausse des tensions géopolitiques fait en sorte que les pays attachent de plus en plus d’importance à la sécurité de leurs chaînes d’approvisionnement.

Les minéraux critiques nécessaires à la transition des systèmes énergétiques et manufacturiers mondiaux sont au cœur de ces deux tendances. C’est pourquoi j’étais particulièrement content de me joindre mardi dernier au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et au ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François‑Philippe Champagne, au complexe métallurgique de Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) à Sorel-Tracy, au Québec, afin d’annoncer un partenariat stratégique susceptible de contribuer au leadership du Canada sur le plan du changement climatique et de l’approvisionnement en minéraux critiques.

Nous investissons ensemble dans des innovations visant à répondre à ces deux mégatendances afin, d’une part, de décarboner les activités de RTFT, qui génèrent des émissions substantielles, et, d’autre part, de développer de nouvelles installations visant l’extraction des minéraux critiques. Celles-ci deviendront une source d’approvisionnement solide et sûre en titane et en acier faibles en carbone ainsi qu’en scandium et en lithium pour les fabricants au Canada et aux États-Unis – des métaux et des minéraux utiles à un large éventail de secteurs d’activité, y compris les véhicules électriques et l’aérospatiale.

Jakob Stausholm, chef de la direction de Rio Tinto, en compagnie du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et du ministre de l’Innovation, des Sciences et del’Industrie, François-Philippe Champagne, lors d’une visite du complexe métallurgique de Rio Tinto Fer et Titane à Sorel-Tracy, au Québec.

RTFT a vu le jour dans les années 1950, dans la période d’après-guerre marquée par l’industrialisation et la création de prospérité pour les citoyens dans les pays occidentaux. Durant ma jeunesse en Europe, c’est ce qui a contribué à faire du Canada un rêve pour moi. La mondialisation des dernières décennies a toutefois intensifié la concurrence de la part des nations en développement, et de nombreux sites industriels ont fermé leurs portes en Occident. Malgré tout, RTFT a survécu. À l’instar des autres complexes industriels de Rio Tinto qui fournissent de l’aluminium, du cuivre, du titane et du minerai de fer au Canada et aux États-Unis, l’établissement s’est imposé comme un atout irremplaçable pour le secteur nord-américain de la fabrication, à la faveur d’importants investissements au fil du temps. L’avenir n’est pas qu’une question de décarbonation et d’économie circulaire, mais également de durabilité. Nous continuerons donc d’investir dans des procédés industriels novateurs encore plus durables afin de positionner le site pour l’avenir. C’est ainsi que nous envisageons nos différents établissements partout au pays.

Après la visite de RTFT, une chose est claire : le développement de l’approvisionnement en minéraux critiques dépend moins de l’endroit où les minéraux sont trouvés que de l’accès aux installations de traitement et, surtout, d’employés talentueux et expérimentés capables d’inventer de nouvelles méthodes d’extraction. L’équipe de RTFT dispose de capacités de R et D de classe mondiale, qu’elle perfectionne depuis des dizaines d’années et qui ont permis à l’établissement de devenir récemment le premier producteur nord-américain de scandium, un intrant clé dans les secteurs d’activité comme l’aérospatiale. Voilà une plateforme sur laquelle nous pouvons continuer à renforcer le leadership climatique du Canada.

Le gouvernement du Canada travaille déjà en partenariat avec nous dans le secteur de l’aluminium aux côtés d’Alcoa, d’Apple et du gouvernement du Québec en vue de développer la technologie d’électrolyse de pointe ELYSISTM à zéro carbone, qui marque un changement révolutionnaire dans les méthodes traditionnelles de fabrication d’aluminium, vieilles de 130 ans. Conjugué à l’hydroélectricité renouvelable qui alimente nos usines d’électrolyse ici au Canada, ce nouveau procédé offre la promesse d’une production d’aluminium sans carbone.

Ces deux collaborations, à RTFT et sur ELYSIS, visent à faire avancer non seulement l’innovation technique, mais également l’application industrielle des solutions. C’est précisément l’approche que nous voulons voir adoptée et reproduite dans tous les secteurs et à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement. Les ressources minérales abondantes du Canada, ses installations de recherche et de développement de premier plan, sa main-d’œuvre qualifiée, son hydroélectricité renouvelable, sa qualité de vie et ses gouvernements orientés sur les partenariats lui procurent des avantages considérables par rapport aux autres pays. C’est l’occasion de mener l’action climatique en plus de constituer une plateforme unique pour la création d’emplois, les investissements économiques et les débouchés industriels favorisant la transition énergétique et l’essor des communautés.

Qu’est-ce que le Canada peut faire de plus pour maximiser son rayonnement? Continuer d’encourager et d’attirer des investissements étrangers directs sera toujours primordial afin de promouvoir l’amélioration de la chaîne logistique, la recherche et l’innovation. Tout comme le fait de cultiver la main-d’œuvre compétente et qualifiée, grâce à des établissements d’éducation post-secondaire de classe mondiale et à l’immigration, pour soutenir une économie verte dynamique. De plus, compte tenu des investissements en cours aux États-Unis, le Canada peut stimuler encore plus la productivité et la croissance économique et maintenir la qualité de vie élevée de ses citoyens en y allant de ses propres dépenses d’infrastructure.

Contenu similaire

Elysis aluminium

Électrolyse de l’aluminium sans carbone : un pas de plus dans la bonne direction

Révolutionner la fabrication de l’aluminium
Titanium used in planes

Trouver du scandium dans les déchets

Une nouvelle source pour un minéral critique
RTFT HSP mine

Rio Tinto Fer et Titane

Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) exploite une mine d’ilménite à ciel ouvert au lac Tio, près de Havre-Saint-Pierre, et produit du dioxyde de titane, de la fonte brute, de l’acier et des poudres métalliques de grande qualité, à son complexe métallurgique de Sorel-Tracy