Tshiuetin Rail Transportation, Canada

Schefferville : sur la voie de la croissance 

Premier chemin de fer détenu et exploité par des Autochtones en Amérique du Nord


Il n’y a aucune route qui mène à Schefferville, dans le nord du Québec. On peut seulement s’y rendre par avion ou en train.

Au fil des ans, les gens de cette localité en sont venus à dépendre du chemin de fer pour presque tout : la nourriture, les médicaments, les fournitures destinées aux entreprises locales – même les matériaux de construction. Imaginez devoir attendre la livraison de matériaux par avion pour entreprendre un projet de rénovation ou de construction résidentielle!

Aujourd’hui, Tanis Peterson – résidente de Sept-Îles et directrice générale de Transport ferroviaire Tshiuetin, Inc. – est déterminée à trouver d’autres façons d’aider la croissance de la région grâce au chemin de fer. Ayant entamé sa carrière en tant que conductrice de train, elle connaît cette industrie sous toutes ses coutures.

« Le potentiel me remplit d’enthousiasme », dit Tanis.

« Il y a de nombreuses possibilités commerciales à explorer, comme améliorer le service de transport de marchandises, offrir des services mécaniques à d’autres entreprises de la région et apporter des améliorations à la voie ferrée elle-même. »

« J’ai aussi à cœur d’aider nos employés en leur offrant la formation nécessaire pour les aider à perfectionner leurs compétences », ajoute-t-elle.

Moss pit at IOC

En 2005, la Compagnie minière IOC (IOC) a vendu une partie du chemin de fer, pour la somme de 1 $, à une coopérative regroupant trois communautés autochtones de la région : Innu Uashat Mak Mani-Utenam, la Nation Innu Matimekush-Lac John et la Nation naskapie de Kawawachikamach.

« Quand nous avons acheté le chemin de fer, nous avons entamé la réparation et la remise en état de l’équipement », explique Tanis.

« Comme ces projets exigeaient des compétences et connaissances particulières, que nous ne détenions pas à l’époque, IOC et le chemin de fer Quebec North Shore & Labrador (QNS&L) nous ont donné un coup de main – et ils continuent de nous prêter main-forte aujourd’hui. »

Ce partenariat est tout aussi important pour IOC.

« Il démontre réellement le pouvoir de la collaboration », déclare Donald Tremblay, président et chef de la direction par intérim d’IOC.

« Quand nous collaborons, nous pouvons tous récolter les fruits du développement durable et responsable des ressources. »

Depuis lors, le service de Sept-Îles à Schefferville crée de l’emploi et stimule l’activité économique. Pour prêter son appui à la région, Transport ferroviaire Tshiuetin tente d’embaucher autant que possible des gens de la place, affirme Tanis. Aujourd’hui, 98 % de sa main-d’œuvre provient de Schefferville et de Sept-Îles, sans compter que le chemin de fer offre des possibilités d’emploi aux jeunes. De plus, le service ferroviaire bimensuel leur offre l’option de travailler ou d’étudier à l’extérieur de la région, tout en restant connectés à leur foyer.

Les résultats parlent d’eux-mêmes – Tanis affirme que le mode et les conditions de vie de la population se sont améliorés depuis l’acquisition du chemin de fer.

« Nous encourageons toujours les entreprises de propriété autochtone à soumissionner pour nos projets. Il peut donc y avoir un effet de retombée qui nous permet de créer encore plus d’emplois. De plus, si ces entreprises réalisent un profit, cet argent est immédiatement réinvesti dans la collectivité. »

Mais, d’abord et avant tout, les gens sont fiers de leur chemin de fer, qui est au cœur de leur communauté. De plus, l’équipe du chemin de fer est comme une famille : chaque jour, on peut voir des gens qui aident leurs voisins à obtenir des matériaux ou qui accompagnent leurs amis pour visiter des membres de leur parenté. Le chemin de fer fait partie intégrante de l’esprit communautaire – le logo de Tshiuetin a même été conçu par un résident de la place, dans le cadre d’un concours d’art communautaire.

« Je crois que ces trois communautés autochtones ont pris une décision très novatrice et courageuse en unissant leurs forces », affirme Tanis.

« Elles ont reconnu les avantages économiques et les possibilités d’emploi potentielles qui découleraient de l’acquisition du chemin de fer, avec l’appui d’IOC. »

« Les chemins de fer jouent un rôle essentiel partout au Canada, mais je crois que celui-ci revêt une importance particulière en offrant un service vital à ces collectivités. J’en suis très, très fière. »