L’étude intermédiaire de Rio Tinto QMM indique que l'eau autour de la mine d’ilménite est sans danger


24 September 2021

Fort Dauphin, Madagascar – Rio Tinto QMM a reçu la deuxième partie d’une série de quatre analyses conduites dans le cadre d’une étude indépendante menée sur les radiations et la qualité de l'eau autour de sa mine d'ilménite à Fort Dauphin, dans le sud de Madagascar.

Ces résultats intermédiaires, issus de l'étude menée par JBS&G Australia Pty Ltd (JBS&G), un cabinet de consultants experts en gestion de l’eau, en mesure de l’impact environnemental et en réhabilitation de sites, indiquent que les concentrations et les niveaux de radiation sont sans danger pour les communautés autour de la mine. 

Cette étude comprenait également un programme d’échantillonnage annexe de la qualité de l'eau. À ce jour, les résultats des paramètres spécifiques appliqués à la qualité de l'eau indiquent qu’il n’a pas été détecté, dans les échantillons représentatifs prélevés, de concentrations de métaux lourds (à savoir uranium, plomb, cadmium et aluminium) supérieures aux directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS - 2017) relatives à la qualité de l'eau potable. 

En outre, aucune concentration de métaux lourds n'a été détectée au-dessus des recommandations pour la qualité de l'eau potable de l'OMS (2017) dans les échantillons prélevés dans la rivière adjacente aux points de rejet des eaux de surface de la mine, ainsi qu'en aval de ces points de rejet. 


Méthodologie

Conforme aux exigences scientifiques les plus élevées en matière d’analyse, la méthodologie suivie pour cette étude comprenait des échantillons représentatifs issus des points d’eau auxquels les communautés vivant autour de la mine d'ilménite ont accès, mais également issus des points auxquels elles sont susceptibles d’avoir accès. 

Dans les faits, les eaux souterraines, les eaux de surface, les plantes, les composants essentiels du panier alimentaire (poissons et crevettes, légumes et fruits) ainsi que les poussières ont été analysés. Les données ainsi recueillies ont été traitées par un modèle de liaison source-voie-récepteur (SPR - Source Pathway receptor linkage model).  Les modèles SPR sont conçus de manière holistique pour non seulement détecter une source de pollution, mais aussi pour suivre attentivement la manière dont elle peut se propager et ses conséquences. Ces modèles sont  ainsi considérés comme pertinents et efficaces pour améliorer les contrôles et procéder à des corrections, si nécessaire. 

Il s'agit du deuxième cycle d'analyses dans le cadre d'une étude de surveillance plus vaste initiée en octobre 2019, lorsque QMM a mandaté JBS&G pour réaliser une étude sur la radioactivité. L'objectif est de déterminer l'impact potentiel des activités minières de QMM en termes d’exposition radiologique des communautés et de leur environnement. L'étude implique une série de quatre échantillonnages pour tenir compte de la variabilité saisonnière. 

Prochaines étapes

Ces suivis réguliers illustrent l'approche globale de QMM en matière de gestion de l'eau au niveau du bassin versant sur chaque site et son engagement à préserver une ressource partagée avec les communautés et les écosystèmes locaux. L'étude de JBS&G est venue compléter d'autres évaluations indépendantes sur la gestion de l'eau par QMM depuis le début des opérations minières, toutes menées pour améliorer la compréhension des impacts potentiels de la mine d'ilménite sur les communautés et l’environnement, et cela afin d’anticiper les risques et fournir le cas échéant les solutions adéquates. 

Conformément à la politique de transparence de QMM, les résultats de la première et de la deuxième série d’analyses intermédiaires ont été partagés avec les autorités, les communautés, les ONG et les organisations de la société civile impliquées. Des réunions de suivi seront organisées localement avec ces acteurs afin d'offrir la possibilité de dialoguer d’avantage du programme et de ses prochaines étapes. 

Les résultats de la troisième série d’analyses seront disponibles en décembre 2021 et les résultats complets de l'étude seront publiés lorsque JBS&G remettra le rapport final en 2022.  


A propos de QMM - QIT Madagascar Minerals

QIT Madagascar Minerals (QMM) est une joint-venture entre Rio Tinto (80%) et la république de Madagascar (20%). Elle est située près de Fort Dauphin, dans la région d'Anosy, au sud-est de Madagascar, et produit principalement de l'ilménite, minerai dont est tiré le dioxyde de titane, principalement utilisé comme pigment blanc dans des produits tels que les peintures et le papier. 

QMM produit également de la monazite, une ressource rare, utilisée dans les technologies d'énergies renouvelables comme les aimants permanents à haute puissance utilisés dans les éoliennes et les véhicules électriques. 

QMM comprend également le port en eau profonde d'Ehoala, qui permet d’expédier ces ressources brutes à l'usine « Rio Tinto Fer et Titane » (RTFT) au Canada pour y être  transformés en dioxyde de titane. 


Contacts

Media Relations
Antsa Ratsimbazafy
M +261 (0) 34 49 049 49
Antsa.Ratsimbazafy@tiontinto.com


Rio Tinto plc
6 St James’s Square
London SW1Y 4AD
United Kingdom
T +44 20 7781 2000
Registered in England
No. 719885

Rio Tinto Limited
Level 7, 360 Collins Street
Melbourne 3000
Australia 
T +61 3 9283 3333
Registered in Australia
ABN 96 004 458 404

riotinto.com

Category: QMM