Nos secteurs d’activité

Nos secteurs d’activité

+ Aluminium

Alumineries

Alma (Alma, Québec)
L’Usine Alma est reconnue comme chef de file en matière de performances environnementales non seulement au sein du Groupe Rio Tinto, mais aussi à travers l’industrie de l’aluminium mondiale.

Alouette (Sept-Îles, Québec)
L’Aluminerie Alouette est la plus importante productrice d’aluminium en Amérique et l’une des plus efficientes au monde. Rio Tinto détient une participation de 40 % dans l’entreprise autonome détenue par un consortium de cinq entreprisesd’Aluminerie Alouette.

Arvida (Saguenay, Québec)
L’Usine Arvida a été mise en service en 1954. L’aluminium produit est coulé de sorte qu’il permet de créer de la valeur pour nos clients, principalement du secteur automobile américain.

Aluminerie Arvida, Centre de technologie AP60 (Saguenay, Québec)
Ce centre est au cœur du développement de la technologie AP60, la technologie d’électrolyse la plus avancée à l’échelle mondiale – moins énergivore et 40 % plus productive que toutes les générations précédentes de technologie AP.

Bécancour (Québec)
L’Aluminerie Bécancour (ABI) est détenue par Alcoa (74,9%) et par Rio Tinto (25,1%). Bécancour a été la première entreprise québécoise à devenir membre élite du réseau écoélectrique d’Hydro-Québec.

Grande-Baie (Saguenay, Québec)
L’usine Grande-Baie produit de l’aluminium sous plusieurs formes, destiné à des applications spécialisées à l’échelle mondiale. Cette aluminerie est reconnue dans toute l’industrie de l’aluminium mondiale comme leader en matière d’innovation et santé et sécurité.

Laterrière (Saguenay, Québec)
Dotée de la technologie à anodes précuites P155, l’Usine Laterrière produit 244 000 tonnes par année de lingot de laminage et de métal en fusion.

Kitimat (Colombie-Britannique)
L’Usine Kitimat est l’un des plus importants complexes de production en Colombie-Britannique. Notre nouvelle aluminerie génère la moitié moins d’émissions atmosphériques que l’ancienne usine et elle figure parmi les alumineries les plus efficaces, les plus propres et les plus économiques au monde.

Raffinerie

Vaudreuil (Saguenay, Québec)
L’Usine Vaudreuil transforme la bauxite en alumine et réponds aux besoins de la majorité de nos alumineries régionales. Elle figure parmi les plus propres et les plus écoénergétiques au monde.

Centrales hydroélectriques

Chute-à-Caron (Rivière Saguenay, Québec)
Entre 1992 et 2002, nous avons investi 75 millions $US dans la réfection de cette centrale hydroélectrique, mise en service en 1931 et d’une capacité installée de 222 mégawatts d’énergie renouvelable.

Chute-à-la-Savane (Rivière Péribonka, Québec)
Chute-à-la-Savane, avec une puissance originale installée de 210 mégawatts, et a été mise en opération en 1953. De type « au fil de l’eau », elle est parmi l’une des premières exemples au Canada de centrales partiellement à ciel ouvert.

Chute-des-Passes (rivière Péribonka, Québec)
La centrale Chute-des-Passes est une centrale hydroélectrique souterraine pouvant produire 833 mégawatts d’énergie propre à l’aide de la puissance de l’eau. Elle est alimentée par une conduite d’amenée longue de 9,3 km qui puise l’eau dans le réservoir de Passes-Dangereuses, sur la rivière Péribonka.

Chute-du-Diable (rivière Péribonka, Québec)
Tout comme la centrale Chute-à-la-Savane, cette centrale hydroélectrique d’une capacité de 224 mégawatts est l’une des premières centrales hydroélectriques de type au fil de l’eau partiellement à ciel ouvert au Canada.

Shipshaw (rivière Saguenay, Québec)
La centrale Shipshaw est un élément crucial de notre réseau hydroélectrique. En 2012, nous y avons aménagé un 13e groupe turbine-alternateur, nous permettant une utilisation plus efficiente de la rivière afin d’alimenter en énergie propre et renouvelable nos installations au Québec.

Isle-Maligne (rivière Saguenay, Québec)
C’est en 1926 qu’a débuté la production à la première centrale du réseau, à Isle-Maligne (Alma), à la sortie du lac Saint-Jean. Cette centrale, d’une puissance installée de 450 mégawatts, a été mise en service en même temps que la première partie de l’aluminerie Arvida (Saguenay).

Kemano (Colombie-Britannique)
La centrale hydroélectrique Kemano alimente l’Aluminerie Kitimat ainsi que les communautés avoisinantes.

+ Minerai de fer IOC

Exploitation minière

Compagnie minière IOC de Rio Tinto (Labrador City, Terre-Neuve et Labrador)
Nos installations de minerai de fer comprennent une mine, un concentrateur et une usine de boulettes de minerai de fer – la matière première qui entre dans la fabrication de l’acier. Notre chemin de fer de 418 kilomètres relie notre usine aux installations portuaires de Sept-Îles.

Installations portuaires

Sept-Îles (Québec)
Les installations portuaires de Sept-Îles ont une capacité de stockage de cinq millions de tonnes de boulettes et de concentré de minerai de fer et nous relie aux marchés en croissance rapide du littoral du Pacifique.

+ Diamants

Mine de diamants Diavik (Lac de Gras, Territoires du Nord-Ouest)
Chaque année, la mine Diavik produit quelque 6 et 7 millions de carats de diamants blancs de grande taille et de qualité joaillerie. Il s’agit du gisement de diamants le plus riche jamais trouvé au Canada. En 2015, la mine a découvert un diamant de 18,7 carats, surnommé le Foxfire de Diavik.

+ Ilménite et titane

Complexe métallurgique (Sorel-Tracy, Québec)
Unique en son genre, le complexe métallurgique Rio Tinto Fer et Titane est un réseau d’usines interconnectées qui produit de la matière première pour les usines de pigment, l’industrie automobile et les fonderies.

Mine Havre St-Pierre (Havre-Saint-Pierre, Québec)
Nous exploitons, à Havre St-Pierre, le plus important gisement d’ilménite au monde.